Rome, la ville éternelle

Rome, la ville éternelle

Si Rome est restée dans les mémoires comme la capitale de l'Empire, elle dispose d'un patrimoine baroque d'une grande élégance. Et ses églises comptent parmi les plus belles du monde !

Tous les cinéphiles ont deux images de Rome : la scène où, dans « la Dolce Vita », Anita Ekberg et Marcello Mastroianni se retrouvent dans le bassin de la fontaine de Trevi avec de l'eau jusqu'à mi-cuisse et le percement du métro (dans « Fellini Roma ») lorsque l’excavatrice met au jour une pièce recouverte de peinture antiques qui disparaissent à jamais sous l’action du renouvellement de l’air.  

La confrontation de plusieurs mondes

Rome c’est tout cela : la confrontation de plusieurs mondes - un passé plus de deux fois millénaire, un présent chaotique avec le parlement et le gouvernement italiens et le siège de la Chrétienté avec le Vatican. Le visiteur passe sans transition du forum ou du Colisée, témoins stupéfiants de la grandeur et du savoir-faire artistique de l’Empire romain à des places délicieusement baroques, à des églises qui font paraître minuscules les plus grandes de nos cathédrales, et aux boutiques de luxe dernier cri.

Un musée à ciel ouvert

Rome est enfin une ville à taille humaine où quasiment tout peut se faire à pied. Où tous les trois cents mètres, on peut pénétrer dans une église grande comme trois fois Notre-Dame de Paris avec des piliers en marbre de 10 m de circonférence, un tableau de Titien à droite, une peinture de Caravage à gauche, une statue de Michel-Ange et un bas-relief du Bernin. Sans oublier les musées dont celui du Vatican qui retrace deux millénaires de peinture religieuse avec une émotion artistique sans équivalent sous le plafond de la Chapelle Sixtine peint par Michel Ange.

Des jardins à la fraîcheur bienvenue

Il ne faudrait surtout pas oublier de réserver un créneau à la visite de la villa Borghèse. Outre qu’elle se trouve au milieu de 8 ha de jardins (non loin de notre Villa Médicis qui accueille quelques happy few pour des nuits inoubliables), elle abrite quelques sculptures belles à couper le souffle. Je ne connais personne qui soit resté insensible devant ces marbres translucides travaillés avec une telle finesse que l’on croirait des dentelles de pierre.

Renseignements : Office de tourisme de Rome

Auteur : Igor marais

© Thinkstock