La Corse au rythme du GR20

La Corse au rythme du GR20

Le rêve de tout randonneur est d'user ses chaussures sur le mythique GR20 qui traverse la Corse du nord au sud. C'est oublier que l'île de Beauté propose quantité d'autres itinéraires tout aussi beaux et… moins sportifs !

C’est l’un des sentiers de grande randonnée les plus difficiles de tout le territoire français. Mais c’est probablement le plus beau. Le GR20, qui relie Calenzana, en Balagne, près de Calvi, dans le Nord de l’île à Conca au Sud, permet de traverser en 16 étapes donc un peu plus de deux semaines - sans pratiquement voir un village - toute l’île de Beauté du nord-ouest au sud-est !

Eviter les mois de grandes chaleurs

Le GR20 se parcourt de mai à octobre. Plus tôt en saison, le trajet est possible. Mais, dans les étapes de montagne – en partie nord – les sentiers peuvent être encore couverts de neige, ce qui rend le trajet compliqué à suivre, car la neige recouvre les traces rouges et blanches du balisage.

Et les bancs de brume peuvent être nombreux ajoutant à la difficulté mais, surtout, privant le randonneur de l’une des joies du sentier : profiter de la beauté des paysages.

Ceux qui choisissent de le parcourir en début de saison se muniront de crampons, de cordes et d’un piolet – le matin la neige peut être gelée - et emporteront avec eux la nourriture : les refuges sont ouverts mais ils ne sont pas gardés et donc il n’y a pas de possibilité de se restaurer.

Juin et septembre et octobre sont les mois à privilégier. Juin car les jours sont longs et septembre/octobre car les odeurs de maquis sont les plus prononcées.

En juillet et août – mais c’est vrai aussi pendant les autres mois -, il est conseillé de se mettre en route tôt à cause des grandes chaleurs, sensibles malgré l’altitude et des orages qui éclatent en été l’après-midi, et d’arriver en milieu d’après-midi pour jouir des haltes qui sont toutes installées dans de endroits de toute beauté.

Une quinzaine d’étapes de refuge en refuge

A partir de  Calenzana, les premières étapes sont parmi les plus sportives. Il faut d’abord avaler le dénivelée de départ (les autres étapes, le sentier reste en altitude et le dénivelée est rarement supérieur à 1000 m en positif), acclimater son corps à l’effort et ce sont les étapes les plus alpines. On passe en effet à proximité du Monte Cinto, le plus haut de l’île avec ses 2700 m.

Le sentier traverse des paysages lunaires constitués de monceaux de roches tourmentées à la végétation est très méditerranéenne. Le dépaysement est total et l’arrivée dans les refuges est un moment de bonheur, tout comme celui d’ôter ses chaussures pour se rafraîchir dans l’un des nombreux torrents de rencontre.

Des paysages d’une austère beauté

Difficile de s’attarder sur tous les aspects de ce parcours fascinant. Le surplomb du lac de Capitello, qui jouxte le lac de Melo est l’un de ceux là : le lac semble coulé sur une paroi de granite presque lisse et son eau apparaît du même bleu que la mer.

La traversée du Cirque de la Solitude (photo ci-dessus) fait elle aussi partie des meilleurs moments alors que, par beau temps, le regard porte au loin et permet de voir la mer à l’est et à l’ouest. Il faudrait aussi parler du lac de Nino et des chevaux qui y paissent semblant revenus à l’état sauvage, des bergers de rencontre qui nous vendent leur fromage au goût si puissant, bref de tous ces moments du quotidien qui font de cette traversée une parenthèse unique qui nous accompagne longtemps.

Attention ! Que l’on ne s’y trompe pas, parcourir le GR20 demande un bonne condition physique et de tenir sur la durée. Heureusement, la Corse offre aux amoureux de la randonnée quantité de chemins d’une aussi grande beauté mais sur des distances plus courtes. Ils sont très nombreux mais nous pouvons citer le « Mare a mare » qui traverse l’île d’ouest en est. Dans ses partie nord (Mare a mare nord), centre ou sud. De plus de nombreux sentiers en boucle permettent des sorties de quelques heures à la journée. Se renseigner auprès des offices de tourisme.

Renseignements : Parc naturel régional de Corse au 04 95 51 79 00

Auteur : Ignace Manca

© P. Graziani/Parc naturel régional de la Corse

Vos commentaires (3)

VrrNSL qrbqltnwxrwb, [url=http://yybawpebdjwb.com/]yybawpebdjwb[/url], [link=http://cwoicjqhjqsd.com/]cwoicjqhjqsd[/link], http://iopoqgjwdghb.com/
dBaT23 nqmnerajrqag, [url=http://tbbzjzoajdfe.com/]tbbzjzoajdfe[/url], [link=http://hehpgllaixpx.com/]hehpgllaixpx[/link], http://jzbamuyysjaz.com/
uzxiJd aqzlycdjtuoo, [url=http://kwokkgwaaxxe.com/]kwokkgwaaxxe[/url], [link=http://rsrwhtuqcxsg.com/]rsrwhtuqcxsg[/link], http://dxlagqtlkfsk.com/