Conseils pour réussir ses semis au jardin

Conseils pour réussir ses semis au jardin

Au printemps, le jardinier investit sur l’avenir. La terre s’est réchauffée et il lui tarde d’enfouir les graines qui vont assurer sa saison. Ce qu’il doit faire avec le plus grand soin.

A chaque fois que le jardinier enfouit les semis dans la terre, il croise les doigts. Car sa hantise est de ne pas constater la pousse des graines qu’il a a soigneusement mises en terre en espérant leur levée prochaine. Voici de qu’il faut faire pour avoir de bonnes chances de réussir.

Etre très vigilant sur le choix des variétés. Elles doivent être adaptées à sa région et à sa terre, voire à son exposition. Plus graines vont rester en terre sans germer et plus elles seront des proies potentielles pour les oiseaux et les autres prédateurs. De plus, si elles sortent vite de terre, elles seront moins gourmandes en eau et pousseront de façon plus régulière.

Ne pas se précipiter. Semées trop tôt, les plantes souffrent du froid à l’extérieur et végètent sous serre ; semées trop tard, elles ne donnent de récolte qu’une fois la saison terminée. Pour ne pas faire d’erreur, il faut respecter les températures de semis qui sont différentes selon les espèces. Les laitues demandent à 5 °C pour pointer le bout de leur nez, les carottes 10 °C. Certains jardiniers attendent même un peu plus que nécessaire plutôt que de semer en avance !

Respecter la profondeur d’enfouissement des graines. C’est généralement d’une à quatre fois sa taille. Dans le doute, mieux vaut enfouir insuffisamment que trop profondément. Certaines graines fines doivent être déposées en surface, la terre étant ensuite tassée et arrosée.

Donner aux graines de l’eau et de l’air. Elles demandent de l’eau pour germer, mais elles ont tout aussi besoin d’air. Une terre gorgée d’eau est asphyxiante.

Toutes les façons de semer

À la volée. Cette technique se pratique surtout pour les petites salades à couper, la mâche, le mesclun.

En ligne. Avec le bout de la serpette ou le doigt, on creuse un petit sillon bien droit : cette micro-cuvette proportionnée à la taille des graines va les protéger, au début du moins, du vent et du dessèchement. Et pour désherber, c’est beaucoup plus facile : tout ce qui n’est pas sur la ligne est à arracher !

En poquets. Ce semis se pratique uniquement avec les grosses graines et les plantes à grand développement (haricot, maïs, ricin, capucine, melon, potiron, cornichon).

On installe entre une et trois graines dans un trou et on ne conserve que le plant le plus vigoureux. Cela permet d’avoir les meilleures chances de réussite !

Auteur : Igor Marais

© Thinkstock

Vos commentaires (3)

MMgQVY ucgwxquclijs, [url=http://vfmrmudmhvex.com/]vfmrmudmhvex[/url], [link=http://wotapgxfinpg.com/]wotapgxfinpg[/link], http://kxvezansgbzz.com/
9jqHYe qylwbwfllpfu, [url=http://jarvsaswmftm.com/]jarvsaswmftm[/url], [link=http://chgipejhxfcf.com/]chgipejhxfcf[/link], http://jpuowtbydlmn.com/
UYrUeB lrtcittxlqbr, [url=http://rwkxtrhdtzpm.com/]rwkxtrhdtzpm[/url], [link=http://cfbozvhcogmx.com/]cfbozvhcogmx[/link], http://gegsvqxrygiv.com/