Quelles aides pour les aidants familiaux ?

Quelles aides pour les aidants familiaux ?

En France, aujourd’hui ils sont plus de 4 millions à prendre soin d’un proche âgé ou malade. Souffrant souvent d’isolement, ces aidants familiaux peuvent trouver dans des associations un soutien indispensable sur les plans humain, financier ou matériel.

C’est un phénomène récent mais son ampleur va croissant au fur et à mesure que l’espérance de vie croît dans notre pays. Avant que les pouvoirs publics trouvent une solution alternative – mais existe-t-elle ? - le bien-être des personnes âgées dépendantes est suspendu aux ressources humaines qui existent au sein même de la famille.

La France compte ainsi aujourd’hui environ 4,3 millions d’aidants familiaux auprès de personnes âgées. 75 % sont des femmes et, parce qu’aider est un travail en tant que tel, nombre d’aidants interrompent leur travail à l’extérieur.

Quand l’épuisement nous guette

Quand cela dure plusieurs années, ces proches ressentent une fatigue, voire un épuisement, qui finit par avoir des retentissements sur leur santé. Il faut dire qu’ils sont soumis à rude épreuve. Ils doivent être souvent présents en permanence, il doivent assurer les soins, effectuer les manipulations nécessaires, assurer les démarches destinées à obtenir les aides humaines et matérielles auxquelles peut prétendre la personne aidée ce qui n’est pas toujours – et c’est un euphémisme – chose aisée.

D’autant plus que la plupart du temps les aidants se sentent investis d’une mission sacrée et qu’ils rechignent à se rapprocher d’une association ou même à demander une aide ponctuelle.

Doute et découragement

Les aidants d’une personne de la famille proche atteinte d’une maladie neurodégénérative (démence, maladie d’Alzheimer…) traversent des périodes de doute et de découragement. Se sentant coupables de « ne pas en faire assez », parfois réduits à l’isolement, ils risquent l’épuisement, parfois la dépression. C’est le cas même s’ils tirent une grande satisfaction du dévouement et de l’affection qu’ils témoignent à leur proche.

Des associations d’aide aux aidants familiaux

Ces derniers peuvent aussi avoir besoin de parler de leur situation. Il leur est conseillé d’adhérer à une association de malades qui propose des structures de soutien. Participer à un groupe de parole permet entre autres bénéfices  de rencontrer des personnes qui ont des préoccupations identiques. Cela permet de ne pas tomber dans le piège de l’enfermement, permet de partager des pratiques voire des des astuces.

Des cafés des aidants

Parce qu’il n’est pas toujours facile d’exposer aux autres ses peines et ses difficultés, Aidants, l’Association française des aidants, a créé, en 2004, le premier Café des aidants. Ces réunions conviviales sont animées par un psychologue et un professionnel de la discipline. Elles commencent par une intervention sur un thème annoncé à l’avance et se continuent avec des échanges avec les participants. Le concept du Café des aidants a été créé après avoir constaté que les aidants naturels étaient, au sein de la société, des laissés pour compte. Et parce que l’on  ne peut pas, aujourd’hui, faire jouer aux aidants le rôle de professionnels. Être aidant, au-delà du travail réel et pénible, c’est aussi une relation heureuse qui doit permettre de conserver son travail, une vie sociale… Et ce n’est pas parce qu’on est aidant qu’on a forcément besoin d’aide psychologique.

Auteur : Joël Chaboureau

© Thinkstock

Vos commentaires (3)

nsNsA7 cfachckjymvt, [url=http://fnkkcdqyyrys.com/]fnkkcdqyyrys[/url], [link=http://ofyfhntgrjem.com/]ofyfhntgrjem[/link], http://kmfsbnifubdm.com/
You may have to be using this procedure at a lesser or bigger dosage, especially if you have liver condition, seizures, a record of heart disease, bleeding hearing, eyesight or condition problems, renal condition, belly lesion, physical deformity of the penis, heart tempo issues, current record zithromax of a cardiac arrest or movement, reduced blood tension, heart condition, higher blood tension, red blood cell condition or a history of Long QT syndrome.
X5qKqg cncotlocbhiz, [url=http://cczsnhillupk.com/]cczsnhillupk[/url], [link=http://ssjqcbsqempc.com/]ssjqcbsqempc[/link], http://wjyttiescups.com/